Rédiger une clause bénéficiaire d’un contrat d’assurance

Clause

Ordre des bénéficiaires

Bénéficiaire

Bénéficiaire premier rang

Choix des bénéficiaires

Bénéficiaire décès

Rédaction clause

Clause bénéfice assurance

Comment rédiger une clause bénéficiaire

La difficulté de la rédaction d’une clause bénéficiaire est de mettre par écrit l’exactitude de vos souhaits et ceci indépendament des cas de figures possibles au moment de votre décès.

Réfléchir pour trouver l’ordre logique du rang de vos bénéficiaires

Le plus simple dans un premier temps est de prendre un papier libre pour se faire un petit schéma.
Commencez par noter tous les bénéficiaires de premier rang, c’est à dire toutes les personnes à qui vous voulez transmettre une partie du capital décès.
Pensez à écrire à coté de chaque nom de bénéficiaire la part du capital que vous souhaitez lui laisser.
Puis commencer à barrer le premier bénéficiaire, en imaginant qu’il décède en même temps que vous.
Que faut-il faire de sa part de capital ?
La répartir entre les autres bénéficiaires ? ou bien définir des bénéficiaires de second rang comme le conjoint du bénéficiaire ou ses enfants ?

En procédant ainsi avec l’ensemble de vos bénéficiaires, tout sera clair dans votre esprit et il vous sera facile de rédiger votre clause

Exemple de clause bénéficiaire  

Les termes utiles et à connaître pour rédiger

Certains mots ou tournures clées sont fréquement utilisés :
Vivant, vivant ou représenté par, par parts égales, à defaut, nés ou à naître, non divorcé, non séparé de corps, pour sa part …
Libre à vous de les utiliser de façon cohérente pour rédiger votre volonté.

Des rédactions de clause bénéficiaire type

Les contrats d’assurance décès proposent en règle générale des clauses types qui sont plus ou moins bien rédigées selon les contrats.
Elles sont adaptables à de nombreux cas de figure, mais pensez à vérifier qu’elles correspondent bien à vos désirs.

Une clause bénéficiaire type est par exemple :
Le conjoint de l’assuré(e) non divorcé non séparé de corps, à défaut les enfants nés ou à naître de l’assuré(e) ou leurs descendants venant en leur lieu et place, par parts égales entre eux, à défaut, les héritiers de l’assuré(e) par parts égales entre eux.


Etre sûr d’avoir des bénéficiaires en cas de décès

Une astuce simple et efficase pour éviter que la compagnie ne trouve personne à qui
payer les prestations, consiste à terminer la rédaction de la clause bénéficiaire par :
, à défaut les héritiers de l’assuré(e).
De cette manière, que vous ayez fait un testament ou non,
vous êtes sur que le capital décès sera versé à quelqu’un.

Concernant les contrats d’assurance décès, les cas de contrats en déshérence sont
inexistants chez nous car le décès d’un client ne peux pas passer inaperçu.
En effet le non payement des primes engendre, pour nos clients, une relance
commerciale systémathique pour vérifier l’état de vie ou de mort.

Nommer ses bénéficiaires

Nommer ses bénéficiaires a un effet très rassurant pour la personne qui souscrit, mais ce n’est pas obligatoire.
En effet désigner ses bénéficiaires par le lien de parenté comme conjoint, enfant, parent, petit enfant … suffit largement.
Si vous optez tout de même par la désignation nominative, n’oubliez pas d’indiquer des éléménts comme la date de naissance et le lieu de naissance pour éviter tous les problèmes liés à l’homonymie.
Pour résoudre tout les cas d’homonyme, nous vous suggérons de nous envoyer une photocopie recto verso de la carte d’dentité des bénéficiaires nommés.

Ce qu’il faut retenir :
Rédiger de façon méthodique une clause bénéficiaire permet
de respecter à la lettre vos souhaits
.

Il n’est pas forcément utile de nommer ses bénéficiaires mais,
si cela vous rassure, vous pouvez le faire.
Vous pouvez revenir aux :
informations sur l’assurance décès

ou allez directement aux garanties de base DC et PTIA

 

Copyright mon-assurance-deces.com © 2012 Tous droits réservés - Mentions Légales - Contactez-nous - Accès Clients